Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A propos des auteurs

  • Martial Van der Linden est docteur en psychologie, professeur honoraire de neuropsychologie et psychopathologie aux Universités de Genève et de Liège. Une partie de ses travaux est consacrée aux effets du vieillissement sur le fonctionnement dans la vie quotidienne, et ce, dans une perspective plurifactorielle et intégrative.
  • Anne-Claude Juillerat Van der Linden est docteure en psychologie, chargée de cours à l'Université de Genève et psychologue clinicienne spécialisée en neuropsychologie. Après 20 ans en tant que responsable à la Consultation mémoire des Hôpitaux universitaires de Genève, elle a créé et dirige la consultation "Vieillir et bien vivre" à la maison de santé Cité Générations.
  • Tous deux ont fondé en 2009 une association du nom de VIVA (Valoriser et intégrer pour vieillir autrement), qui promeut à l'échelle locale des mesures de prévention du vieillissement cérébral problématique.

Rechercher Dans Le Blog

Pour nous contacter

Pour nous contacter, vous pouvez nous écrire à :

contact@mythe-alzheimer.org

18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 19:51

De nombreuses études montrent que les stéréotypes positifs ou négatifs concernant le vieillissement peuvent avoir des effets bénéfiques ou néfastes sur le fonctionnement cognitif et la santé physique des personnes âgées (voir Levy, 2009). D’une manière générale, ces données indiquent que le vieillissement ne peut pas être uniquement expliqué sur base d’un inévitable processus physiologique de déclin. En d’autres termes, le vieillissement est aussi en partie une construction sociale.

 

Il a ainsi été montré chez des personnes de plus de 50 ans, suivies aux Etats-Unis pendant deux décennies, que les participants qui avaient des perceptions positives de leur vieillissement au début du suivi présentaient une meilleure santé dans le décours de l’étude (Levy, Slade, & Kasl, 2002). De plus, ils vivaient en moyenne 7.5 années plus longtemps que les participants qui avaient des perceptions négatives (et ce en ayant contrôlé le rôle possible de l’état de santé initial, ainsi que d’autres variables pertinentes).

 

Une étude menée en Allemagne auprès de personnes âgées suivies pendant 6 ans a par ailleurs constaté que les stéréotypes sur le vieillissement sont un meilleur prédicteur de la santé que l’inverse (Wurm et al., 2007).


L’influence multiple des stéréotypes

 

Les stéréotypes peuvent exercer leur influence de manière non consciente. Par exemple, Levy (2000) a présenté à des personnes âgées des mots activant un stéréotype négatif (par ex., "décrépitude") ou positif (par ex., "sagesse") pendant une durée tellement brève que les personnes n’avaient pas conscience que les mots avaient été présentés. Elle a observé que l’écriture manuscrite des personnes âgées qui avaient été soumises aux mots négatifs, évaluée par des juges externes, apparaissait comme étant une écriture plus âgée, plus détériorée, plus tremblante, plus sénile, par rapport à un échantillon d’écriture recueilli avant l’expérience. Le résultat inverse a été obtenu suite à l’exposition à des mots positifs.

 

Si les personnes âgées ne sont pas conscientes de l’influence négative que peuvent avoir certains stimuli de l’environnement (activateurs de stéréotypes négatifs), il s’ensuit qu’elles attribueront préférentiellement leurs difficultés cognitives ou physiques au vieillissement plutôt qu’à des influences environnementales.

 

L’influence néfaste des stéréotypes négatifs a été observée sur divers aspects du vieillissement : ainsi, il a été montré que l’activation de stéréotypes négatifs pouvait affecter la performance mnésique, l’équilibre, la vitesse de marche ou encore l’audition. Dans la mesure où les stéréotypes négatifs sur le vieillissement sont souvent basés sur le postulat selon lequel les problèmes de santé sont une conséquence inévitable du vieillissement, les personnes âgées ont tendance à considérer les pratiques visant à optimiser la santé comme étant futiles et à avoir un sentiment d’efficacité personnelle réduit. Par contre, les personnes âgées qui ont une perception positive du vieillissement seront plus susceptibles de mettre en œuvre de bonnes pratiques pour leur santé.

 

Au plan physiologique, il a été observé que des personnes âgées qui avaient été soumises à des mots brièvement présentés, activant des stéréotypes négatifs, présentaient une augmentation de la réponse cardiovasculaire suite à une situation stressante (une tâche exigeante, par exemple, résoudre un problème mathématique). L’inverse était observé après présentation de mots positifs. L’augmentation répétée de la réponse cardiovasculaire au stress est susceptible d’accroître le risque de problèmes cardiaques, ce qui explique peut-être pourquoi le fait d’avoir durablement internalisé des stéréotypes négatifs sur le vieillissement accroît le risque de problèmes cardiovasculaires (Levy et al., 2009).

 

Les stéréotypes négatifs sur le vieillissement sont activés et internalisés dès l’enfance et cette activation/ internalisation se poursuit tout au long de la vie, avec une augmentation, variable selon les cas, durant la vieillesse.

 

Il paraît donc indispensable de développer des interventions visant à maximiser l’influence de stéréotypes positifs liés au vieillissement sur la vie quotidienne des personnes âgées. Il serait également important de tenter d’accroître leur prise de conscience de l’influence de ces stéréotypes.


Les stéréotypes négatifs sur le vieillissement comme une menace sociale : la peur du regard des autres

 

A côté des approches qui se centrent sur l’internalisation des stéréotypes positifs ou négatifs, c’est-à-dire leur incorporation dans l’identité de la personne, d’autres approches se focalisent davantage sur la menace externe (sociale) induite par les stéréotypes négatifs (la peur du regard de l’autre ou la crainte de favoriser la perpétuation du stéréotype).

 

Les deux approches des stéréotypes diffèrent non seulement quant au caractère plus ou moins individuel ou social de l’influence des stéréotypes, mais aussi dans l’importance accordée à la prise de conscience de cette influence.

 

Une combinaison de ces deux types d’approches semble être la meilleure façon de comprendre l’influence des stéréotypes dans le domaine du vieillissement. 


Stéréotypes et «maladie d’Alzheimer »

 

Scholl et Sabat (2008) ont décrit et illustré en quoi la soi-disant «maladie d’Alzheimer» est aussi une construction sociale (voir également le livre «Le mythe de la maladie d’Alzheimer» de Whitehouse & George) et en quoi les personnes ayant reçu ce diagnostic, ainsi que leurs proches, vont être influencés par les différents stéréotypes accolés à cet état. Ces stéréotypes seront à l’origine d’incapacités supplémentaires, s’ajoutant à celles qui découlent du vieillissement cérébral en tant que tel.

 

Les termes de «démence», «maladie d’Alzheimer», «dépendance», «confusion», «sénilité», amplifiés par certaines campagnes médiatiques (voir la page de ce blog « Madame la Présidente, nous vous faisons une lettre ») et certaines initiatives (voir notre chronique « La carte d’identité Alzheimer ») drainent avec eux les stéréotypes les plus catastrophistes sur le vieillissement cérébral.

 

Certains contextes rencontrés par les personnes ayant reçu ou allant recevoir le diagnostic de soi-disant «maladie d’Alzheimer», comme l’hôpital ou les cliniques de la mémoire, vont également contribuer à accroître la saillance des stéréotypes négatifs liées au vieillissement cérébral et à sa biomédicalisation. Droz Mendelzweig (2009) montre ainsi, de manière très précise, en quoi les interactions et les pratiques d’évaluation d’une clinique de la mémoire contribuent à la construction d’une version médicalisée (d’une «pathologisation») des difficultés cognitives (mnésiques) vécues par les personnes âgées qui consultent.

 

A cet égard, l’annonce d’un diagnostic de «Mild Cognitive Impairment» (Trouble Cognitif Léger) est particulièrement problématique (voir Corner & Bond, 2006), dans les menaces qu’elle va activer, alors que sa validité est extrêmement contestable (voir notre rubrique « Pour en finir avec le diagnostic catégoriel de MCI… »).

 

On voit donc tout le bénéfice que les personnes peuvent tirer d’une approche moins réductrice (avec le changement de terminologie qui en découle), mettant en avant les capacités préservées, le maintien de l’identité, les relations intergénérationnelles, l’engagement et les liens avec la société, c’est-à-dire une approche qui maximise une perception positive du vieillissement cérébral.

 

Comment réduire l’influence des stéréotypes?

 

Outre le changement d’approche du vieillissement cérébral (un changement de contexte et de «culture») visant à maximiser les perceptions positives du vieillissement, d’autres types d’interventions, plus individuelles, semblent pourvoir atténuer l’influence néfaste des stéréotypes sur le fonctionnement quotidien des personnes âgées (voir Scholl & Sabat, 2008).

 

Il est possible de réduire l’influence des stéréotypes négatifs et la menace (personnelle et sociale) qu’ils représentent en diminuant la frustration vécue par la personne quand elle réalise des tâches qui sont l’objet de ces stéréotypes. Dans cette perspective, on peut voir tout l’intérêt que peuvent présenter les multiples techniques et stratégies qui ont été élaborées par les psychologues afin d’optimiser la réalisation de tâches cognitives dans la vie quotidienne (mémorisation de nouvelles informations, récupération de souvenirs autobiographiques, réalisation d’intentions, etc.), et ce en exploitant les capacités préservées des personnes. Nous reviendrons de façon plus approfondie sur ces techniques et stratégies dans une future rubrique.

 

Un niveau général élevé d’anxiété constitue aussi un facteur de vulnérabilité à la menace induite par les stéréotypes sur lequel des interventions sont possibles. Cette menace peut affecter la performance à une tâche cognitive via l’anxiété et les inquiétudes/pensées intrusives qu’elle génère, lesquelles entravent la mise en place des bonnes stratégies pour réaliser la tâche. Il y a là un facteur trop souvent négligé dans les évaluations neuropsychologiques.

 

Enfin, on pourrait également atténuer l’impact des stéréotypes négatifs en augmentant le lieu de contrôle interne («internal locus of control»), c’est-à-dire la croyance selon laquelle nous avons davantage le contrôle des conséquences de nos actions que ne l’a l’environnement externe. De manière générale, la présence d’un lieu de contrôle interne a été associée à une meilleure santé, de meilleures capacités d’adaptation, une plus grande qualité de vie et de meilleures performances mnésiques chez les personnes âgées. Accroître le lieu de contrôle interne peut aussi contribuer à se protéger des stéréotypes en augmentant la capacité de contrer la menace externe (sociale). Il s’agit donc de favoriser tout ce qui peut renforcer le sentiment de contrôle et de responsabilité sur les décisions personnelles (voir la chronique précédente « Des études anciennes mais qui gardent toute leur pertinence… »).     

 

 

Corner, L., & Bond, J. (2006). The impact of the label of mild cognitive impairment on the individual’s sense of self. Philosophy, Psychiatry and Psychology, 13, 3-12.

Droz Mendelzweig, M. (2009). Construction the Alzheimer patient: Bridging the gap between symptomatology and diagnosis. Sciences Studies, 22, 55-79.

Levy, B. (2000). Handwriting as a reflection of aging self-stereotypes. Journal of Geriatric Psychiatry, 33, 81-94.

Levy, B. (2009). Stereotype embodiment. A psychosocial approach of aging. Current Directions in Psychological Sciences, 18, 332-336.

Levy, B.R., Slade, M.D., & Kasl, S.V. (2002). Longitudinal benefit of positive self-perceptions of aging on functional health. Journal of Gerontology, Series B: Psychological Sciences and Social Sciences, 61, P82-P87.

Levy, B.R., Zonderman, A., Slade, M.D., & Ferrucci, L. (2009). Negative age stereotypes held earlier in life predict cardiovacsular events in later life. Psychological Science, 20, 296-298.

Scholl, J., M., & Sabat, S.R. (2008). Stereotypes, stereotypes threat and ageing: Implications fort he understanding and treatment of people with Alzheimer’s disease. Ageing & Society, 28, 103-130.

Steele, C.M., & Aronson, J. (1995). Stereotype threat and the intellectual test performance of African Americans. Journal of Personality and Social Psychology, 69, 797-811.

Wurm, S., Tesch-Römer, C., & Tomasik, M.J. (2007). Longitudinal findings on aging-related cognitions, control beliefs and health in later life. Journal of Gerontology, Series B: Psychological Sciences and Social Sciences, 62, P156-P164.

 

Partager cet article

Repost0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 07:46

Un pas de plus vient d’être franchi dans la stigmatisation des personnes âgées présentant des difficultés cognitives. En effet, l’Association Alzheimer Suisse, partant d’une bonne intention, vient d’éditer des cartes que les personnes âgées ayant la « soi-disant maladie d’Alzheimer » peuvent présenter à d’autres, en cas de problèmes, pour les informer qu’elles sont porteuses de cette «maladie». Ces cartes mentionnent :

« J’ai la maladie d’Alzheimer. J’ai besoin de votre aide et de votre compréhension. Cette carte vous indique : ce qui me pose problème ; comment vous pouvez m’aider ».

Sont ensuite listés différents déficits, parmi lesquels il faut cocher ceux que la personne manifeste : « Je suis confus/e, je me perds, j’ai des oublis, je m’exprime de façon incompréhensible, j’ai des problèmes avec l’argent, j’ai des problèmes dans la circulation, je suis désorientée dans le temps, je panique facilement, autres… ». De plus, le nom et le numéro de téléphone d’une personne proche à contacter sont notés, ainsi qu'un numéro de Téléphone-Alzheimer.  Enfin, la carte se termine par la phrase « Voici comment vous pouvez m’aider : soyez patient et essayez de comprendre ce que je dis ; demandez-moi de quelle aide j’ai besoin », puis par le nom et l’adresse de la personne dite « Alzheimer».


Des cartes ont également été conçues pour les accompagnants de la personne qui a « la maladie d’Alzheimer » et qui mentionnent en premier lieu :

« La personne qui m’accompagne a la maladie d’Alzheimer. Merci de votre compréhension pour son comportement étrange.»

Outre le fait que ces cartes accréditent une fois de plus l’existence d’une « maladie » distincte  dont le statut est de plus en plus contesté (voir notamment « Le mythe de la maladie d’Alzheimer »), elles véhiculent également une vision essentiellement déficitaire, voire apocalyptique, du vieillissement cérébral. Elles renforcent ainsi la stigmatisation, les stéréotypes et la non prise en compte des capacités préservées. Cette initiative va dès lors à contre-courant des diverses initiatives qui tentent de déstigmatiser le vieillissement cérébral, de montrer en quoi il peut prendre des formes extrêmement variables, d’insister sur le fait que les personnes âgées qui ont des difficultés cognitives conservent une identité et des capacités de communication, ainsi que de favoriser des mesures d'intégration et d'optimisation des capacités préservées.

L’intérêt pratique de ces cartes est lui-même contestable. Soit la personne dispose encore de capacités d’expression suffisantes, et alors elle n’aura pas besoin de recourir à ce moyen infantilisant pour obtenir de l’aide, soit elle n’en dispose plus, elle est désorientée et confuse et il ne faut pas être grand clerc pour s’apercevoir que cette personne a des problèmes et qu’elle a besoin d’aide. Apprendre qu’elle a une « maladie d’Alzheimer » n’apporte aucune information utile supplémentaire, pas plus que ne sont utiles les conseils généraux qui sont fournis sur la carte et qui relèvent tout simplement du bon sens. En fait, la découverte de cette carte ne peut qu’accroître le sentiment d’inquiétude et de perplexité auprès des passants, quand on sait ce qui est véhiculé dans les médias par l’étiquette de maladie d’Alzheimer. Laisser dans la poche, le portefeuille ou le sac de la personne le simple numéro de téléphone d’une personne à contacter en cas de besoin serait amplement suffisant pour permettre de prendre les initiatives qui s’imposent. Que dire alors de la carte destinée aux accompagnants, dont l’intérêt et la pertinence laissent rêveur….

Apprendre à se comporter avec des personnes âgées présentant des déficits cognitifs, en respectant leur identité et leur dignité, ne se dicte pas via la connaissance d’un diagnostic (au demeurant très contestable), ni en deux phrases sur une carte, mais se réalise dans une société « personnes âgées admises», y compris quand elles ont des difficultés cognitives, et en favorisant les relations intergénérationnelles au sein de la communauté. Refuser l’étiquette de maladie d’Alzheimer, une « maladie dévastatrice de fin de vie », et réintégrer les diverses manifestations de cette soi-disant «maladie spécifique» dans le contexte plus large du vieillissement cérébral, dans ses multiples expressions plus ou moins problématiques, c’est rendre à la personne âgée toute son humanité, et aussi lui permettre de changer profondément le regard qu’elle porte sur elle-même et que les autres lui adressent.

 

ass alz2 001

Partager cet article

Repost0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 07:45

Dans leur livre sur le mythe de la maladie d’Alzheimer, Peter Whitehouse et Danny George s’attaquent à de nombreux stéréotypes ; non seulement à ceux qui sont liés à ladite maladie, mais aussi à ceux de l’âgisme ambiant, qui présentent nos aînés comme des individualistes, repliés sur eux-mêmes et promis à un déclin inévitable, « à une incapacité croissante, à une détérioration de réseaux sociaux et à une descente vers l’oubli (p. 335) », le tout à un coût croissant pour la société.

 

Pour contrer ces funestes perspectives, les auteurs insistent beaucoup sur l’importance d’un engagement au sein de la communauté, de préférence à visée altruiste et en particulier au bénéfice des générations ultérieures. En ce sens, ils placent beaucoup d’espoir dans les « baby-boomers », nés de l’explosion démographique des années d’après-guerre, dont les premiers représentants atteignent l’âge de la retraite. En particulier, ils les incitent à valoriser leur créativité, leur ingéniosité et leur capacité d’agir – signalons que bon nombre des baby-boomers ont été des militants actifs à la fin des années 1960 – pour dépasser les clichés de la vieillesse qui prédominent dans notre société ; en d’autres termes, il s’agit d’une invitation à concevoir le vieillissement – personnel comme collectif - comme un processus dynamique de transformation, une nouvelle phase de l’existence durant laquelle les acquis de toute une vie peuvent être mis à profit pour soi et pour la communauté.

 

Deux articles récents du journal romand « Le Temps » montrent que certains aînés (en l'occurence, certaines) ont adopté de telles approches. En effet, à l’instar de groupes existant depuis plusieurs années en Amérique du Nord (les  « Raging Grannies »), des femmes établies en Suisse viennent de se regrouper sous la bannière de « Grossemuetterrevolution » (« la révolution des grands-mères »). Or ce groupe a été constitué par « des personnes qui ont vécu 68, qui ont contribué à la libération de la femme, et qui se retrouvent aujourd'hui grands-mères », dixit le sponsor de l’association.

 

Loin des clichés de « mamies-gâteaux », ces femmes, qui ont été parmi les premières en Suisse à concilier vie de couple, vie de famille et travail (rappelons aussi ici que le droit de vote ne leur a été octroyé qu’en 1971…), ont notamment le souci de montrer que la vieillesse est loin de n’être qu’un facteur de coûts et que leurs activités constituent une contribution significative à la société : engagement associatif, garde des petites-enfants pour permettre aux parents de travailler (faute de places en crèches), soins à domicile… Si elles recherchent une meilleure visibilité, ce n’est pas pour obtenir une rétribution financière ou un pouvoir politique, mais pour mettre en marche un mouvement qui mène à un changement de regard sur ce qu’elles sont et font ! La lutte contre l’âgisme est une de leurs priorités. Comme le constate Louise-Edith Ebert, co-fondatrice du seul groupe francophone de même inspiration, les « Mémés déchaînées », fondé en 2001 à Montréal : « La société veut que nous consommions et que nous nous taisions. Beaucoup de personnes âgées se mettent de côté, alors qu’il faut trouver une façon de se rendre utile et de faire entendre notre voix. »

 

A l’instar de leurs consœurs d’Outre-Atlantique, ces grands-mères suisses veulent militer pour un monde meilleur et plus juste, dans lequel leurs enfants et petits-enfants pourront grandir correctement : paix, aide au pays en voie de développement, accès à la santé et à l’éducation, qualité de l’alimentation et de l’environnement, les thèmes ne manquent pas…

 

Elles revendiquent aussi une part accrue de liberté : les nouvelles grands-mères ne sont pas que des êtres altruistes qui servent de babysitters bénévoles. « Dispensées des tâches ménagères et professionnelles, elles veulent pouvoir valoriser d’autres aspects de l’existence. Avoir du temps à consacrer à de nouveaux apprentissages, à la culture, aux voyages, à la créativité personnelle. Et aussi à de nouvelles relations. Ce sont des femmes âgées, mais qui ne veulent cependant pas se voir privées de leur potentiel de développement et se retirer de la vie publique. » (traduction de textes mis en ligne sur leur site internet)

 

Cet engagement ne peut qu’être profitable à tous. D’une part, l’apport des « baby-boomers » - ici représentés par ces grands-mères engagées – à la communauté est très significatif et il est hautement souhaitable qu’il se renforce dans les années à venir, notamment par le biais d’actions intergénérationnelles : voyez par exemple le modèle de l’école intergénérationnelle de Cleveland (The Intergenerational School, TIS), dans laquelle des aînés viennent apporter leurs connaissances aux enfants par le biais de programmes axés sur l’aide à la lecture, la connaissance de la nature, le jardinage, etc.(http://www.tisonline.org/). D’autre part, comme le dit la Canadienne Marguerite Bilodeau, « être une Raging Granny donne du courage. Quand on pense aux autres, on ne se préoccupe pas de ses petits bobos !», ou encore, comme le souligne Heidi Witzig, historienne et féministe helvétique, « s’engager avec d’autres fait partie de la vie, et cela fait surtout plaisir. »

 

De manière plus générale, cet engagement s’inscrit dans une nouvelle philosophie de vie. En se projetant dans une histoire différente et en développant de nouvelles visions et de nouveaux objectifs, on raconte un autre vieillissement tout en s’inscrivant dans le fil des générations et de la transmission. « Vivre, cela veut dire rester dynamique sur le plan cognitif, avoir un but qui dépasse notre propre personne, reconnaître notre intrication avec les communautés locales et avec la communauté plus large de l’humanité, assumer la responsabilité de l’environnement que nous partageons collectivement, accepter que nous devons laisser en héritage un monde meilleur à nos enfants et petits-enfants. » (Whitehouse et George, « Le mythe de la maladie d’Alzheimer », p. 329) 

 

Il s'agit donc pour la personne âgée de rester le sujet de son histoire, sans oublier pour autant que, très souvent, elle doit pour cela se battre contre des conditions environnementales, sociales, économiques et médicales précaires...


 

Pour en savoir plus :

 

  • Edition du journal Le Temps du 23 mars  2010 : "L’ère des grands-mères rebelles" http://m.letemps.ch/Page/Uuid/3c8af9b6-35f9-11df-9e2e-1a5548daf203/L%C3%A8re_des_grand-m%C3%A8res_rebelle
  • Edition du journal Le Temps du 9 avril 2010 : "Mères colère" http://www.letemps.ch/Page/Uuid/b9f8f860-434d-11df-838a-181897a5f9c9/M%C3%A8res_col%C3%A8re
  • Les "Mémés déchaînées" montréalaises : http://www.voir.ca/publishing/article.aspx?article=28897&section=11
  • Le site de la révolution des grands-mères helvètes (en allemand): http://www.grossmuetterrevolution.ch/home

grossmutterrevoloution

 

 

 

Partager cet article

Repost0